RDC : triste sort des prisonniers politiques. Le cas bouleversant de Diomi Ndongala / CONGOINDEPENDANT

RDC : triste sort des prisonniers politiques. Le cas bouleversant de Diomi Ndongala


Mwamba Tshibangu

Il croupit sous les verrous depuis bientôt 5 ans. Il était l’artisan de la majorité présidentielle populaire qui a mené une lutte d’avant-garde pour la récupération de l’imperium. On a voulu sans doute le faire taire, l’éloigner de son maître charismatique pour qu’il cesse de lui apporter l’énergie nécessaire, le souffle guerrier qui alimentait vigoureusement ladite revendication, par ailleurs légitime, en ce temps-là. Rappelons que les fraudes scandaleuses et gigantesques avaient eu lieu lors des élections de 2011 qui ont vu Etienne Tshisekedi, aujourd’hui disparu et dont on continue à attendre le rapatriement de la dépouille mortelle au pays, triompher largement.

On a échafaudé un simulacre de procès pour l’écrouer sans que les preuves apportées puissent convaincre. Au fond des choses, tout le monde sait la vérité. Diomi Ndongala est un prisonnier politique. Pas n’importe lequel. Il est de haut calibre. Il a un poids consistant comme opposant au régime désormais décadent, mais qui survit grâce à l’Accord de la Saint Sylvestre.

À propos dudit Accord signé le 31 décembre 2016, rien n’est donné à savoir s’il sera réellement d’application. L’horizon ne semble pas s’éclaircir. Bien au contraire, les choses traînent en longueur et on marche au pas de caméléon. Les caciques du pouvoir qui tirent les ficelles en leur direction ont trouvé une bonne raison, en la mort du président du Conseil National du Suivi de l’Accord ((CNSA)) pour jouer aux prolongations. Ils calculent les jours qui passent et caressent en douceur leur rêve de ne pas tenir les élections au courant de cette année comme ils le voulaient. Celles-ci risquent même, à ce rythme, d’être renvoyées aux calendes grecques pour d’autres raisons qui surgiront le moment venu. En fait, la tenue d’un référendum populaire pour abroger la constitution demeure un épouvantail qui plane sur la tête des Congolais. Comme aussi l’éventualité d’une guerre à l’est du pays représente une de ces menaces qu’il ne faut jamais écarter.

Dans l’entre-temps, des points de blocage dont on disait qu’ils étaient mineurs, ne trouvent toujours pas d’issues. De sa part, Moise Katumbi, dans sa déclaration faite le 9 février dernier à Bruxelles où il est exilé depuis sa condamnation, a décidé de rentrer au pays avec la dépouille de Tshisekedi, bravant le risque d’arrestation. Il est à compter parmi les cas emblématiques dont la haute commission des magistrats instruite à ce point devait statuer, avec priorité, avant leur libération. Eugène Ndongala et Jean Claude Muyambo se trouvent dans le même cas de figure, d’autres prisonniers politiques sur la liste proposée ayant été relaxés…

Faut-il penser que la libération de Diomi adviendra avec la mise en place du nouveau gouvernement dont le premier ministre sera un membre désigné par le Rassemblement ? Par analogie, que dire de Samy Badibanga, le premier ministre qui expédie les affaires courantes, qui se réclame de l’opposition, a-t-il posé le problème de Diomi, pour ne parler que de lui ici, pour savoir au juste ce qui bloque dans son dossier ? Pourquoi la haute commission des magistrats ne se prononce-t-elle pas pour fixer l’opinion publique ?

Il y a un amer constat à relever : les opposants sont arrêtés pour des raisons souvent fallacieuses par le régime sanguinaire de Kabila. Faut-il rappeler ici l’arrestation de Franck Diongo qui était également un des vibrants opposants qui avait l’habitude de dire haut ce qu’il pensait, de donner librement son opinion. Il a été condamné à 5 ans de servitude pénale principale parce que, fondamentalement, il gênait l’establishment au pouvoir. Il a donc été mis au vert pour faire taire les voix dissonantes.

Le peuple congolais attend de pied ferme l’application intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre. Que les manœuvres dilatoires des politiciens véreux qui continuent à opprimer la population un peu partout au pays ne visent pas à le contourner. Les Évêques qui ont abattu, en dépit tout, un travail titanesque doivent veiller aux grains. Qu’ils portent avec intelligence leur croix jusqu’au bout tout en étant exigeant et en fixant bien les limites ou le timing à ne pas dépasser. Car, ils ont l’appui du peuple et peuvent saisir toutes les instances pour faire plier ceux qui bloquent la mise en œuvre de l’Accord. Autrement, ils porteront devant Dieu et devant l’histoire la lourde responsabilité d’avoir permis à Kabila de demeurer au pouvoir.

L’angoisse de Diomi, seul dans sa cellule de Makala, où il a versé les larmes pour pleurer son maître, doit interpeller le peuple congolais. Diomi ne mérite pas de subir un tel calvaire. C’est un combattant de la liberté, un adepte de la démocratie. Sa place est `dans l’arène politique où il doit s’occuper des affaires de la cité. Qu’on ne pense pas à lui seulement quand il va quitter ce monde pour lui jeter des fleurs. Il a envie d’œuvrer pour l’émancipation du peuple congolais. Qu’on lui restitue sa liberté de mouvement. L’Accord actuel de la Saint Sylvestre, les Accords précédents de la Cité de l’OUA et les recommandations des Concertations nationales tenues au mois de septembre 2013 toujours dans le cadre de la décrispation de la situation politique, plaident tous dans ce sens, sans compter l’injonction du Comité de droit de l’homme de l’ONU rendue le 17 novembre 2016 à Genève exigeant sa libération sans condition.

Un choix simple et lourd des conséquences se présente aux tenants du pouvoir hors mandat constitutionnel : appliquer les résolutions (recommandations) ou, au contraire, observer le statu quo en reniant l’Accord inclusif dûment signé par tous, finalement.

Mwamba Tshibangu
© Congoindépendant 2003-2017

http://congoindependant.com/article.php?articleid=11521

Publicités
Cet article a été publié dans rdc. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s